Une semaine à Tigzirt

/ 29/10/2014 /
Vendredi 1 août 2014 (Ruines, la ville, Chêne Liège, Amarsgus, Cardère Sauvage)
C’est mon deuxième jour à Tigzirt, une commune de Tizi Ouzou. C’est une ville côtière entourée de grandes collines. Tigzirt, ou île en kabyle doit son nom à une petite île qui se tient devant la ville, comme un gardien bien veillant. C’est sans doute pour l’emplacement stratégique de la ville que les romains et les byzantins y ont éluent domicile durant quelques siècles d’ailleurs la ville regorge de ruines plus ou moins bien conservés. J’en ai déjà visité deux dont la "Grande basilique chrétienne de Tigzirt" (Vème siècle AP.J.C). On est très vite tenté d’imaginer la ville à une époque lointaine avec ses bâtisses en pierre et ses ruelles pavées, des carrosses par-ci et des marchands par-là, du poisson frais, de la poterie et pourquoi pas quelques illuminés qui se donnent en spectacle au milieu de la foule. Mais très vite aussi, on revient à la réalité avec un pincement au cœur en voyant l’état actuelle de la ville qui n’est pas très différent de  la plus part des villes algérienne : décharges, saleté et constructions carnavalesques hormis quelques exceptions. Ce constat alarmant est atténué par la sympathie des gens et leur joie de vivre. En effet, on sent tout de suite que les habitants de Tigzirt sont habitués aux touristes et font de leur mieux pour en attirer d’avantage : hôtels, restaurants, boutiques de souvenirs…

côte tigzirt
La côte de Tigzirt.

port et île de tigzirt
Le port et l'île de Tigzirt.
ruines romaines byzantines

ruines romaines byzantines


Etrangement, le climat est sec pour une ville côtière, un bon point car on transpire peu malgré la chaleur. En chemin pas très loin de la ville j’ai aperçu une petite forêt de Chêne Liège qui contraste avec le reste du paysage qui est essentiellement constitué de collines rocheuse parsemées de buissons et d’arbustes. Je prévoie de faire quelques identifications des plantes endémiques de la région. J’ai aussi recensé 5 fleuves pour l’instant que je n’ai pas encore visités.

La ville compte aussi pas mal de plages et de criques, j’en ai visité deux pour l’instant. Il y a aussi un port de plaisance nouvellement aménagé avec une grande place et une aire de jeux ou les gens peuvent venir seuls, entre amis ou en famille pour se détendre en prenant un café ou simplement en pêchant du bon poisson. On ne manquera pas d’apercevoir les jolies petites cabanes de pêcheurs aménagés en petit cartier juste au bord de l’eau.

Je lis sur internet qu’une fameuse plante médicinale "Amarsgus" (en kabyle) serait endémique de la région. C’est une sorte de dipsacus à ne pas confondre avec le Cardère Sauvage (Tagga n-lexla), car les feuilles de Amarsgus ne poussent  jamais sur un même endroit de la tige de la plante, elles sont distantes l'une de l'autre, ses racines sont de couleur noire très dures à récolter. En coupant en petits morceaux ces racines et en les faisant bouillir on obtient une pommade de couleur "beige" qui vire vers le marron parfois. Cette pommade est souvent préparée dans tous les villages kabyles pour soigner les brûlures (premier, second et même troisième degré). Elle est également utilisée  dans la cosmétique par les femmes. Je prévoie donc de faire une petite randonnée pour essayer de la trouver.


Samedi 2 août 2014 (colline, Aunée Visqueuse, Aubépine)
Je rentre tout juste d’une petite balade. Je suis allé inspecter une colline dans les alentours. J’ai dû traverser une décharge puis arrivé au pied de ma destination, je me fixe comme objectif d’atteindre le sommet. Après quelques petits sauts, 2 ou 3 mètres d’escalade, j’arrive finalement au sommet. Pas la peine de vous décrire le sentiment de fierté que j’ai ressenti quand, en cours de route, j’ai appliqué sur mes petites égratignures de l’Aunée Visqueuse (Magramene) qui est d’ailleurs très répandue dans cette région, on en trouve partout. Il parait que l’Aubépine (de son nom local Idmim qui donne le fruit appelé Za3ror) est elle aussi très abondante en Kabylie. Il m’a semblé en apercevoir au bord de la route avant-hier, j’attends d’y retourner pour confirmer si c’est bien la plante en question. Jusqu’ici malheureusement aucune trace de Amarsgus. J’ai quand même cueillis quelque échantillon de plante que j’identifierai plus tard.


lentisque pistachier
Lentisque pistachier.

Ronce commune
Ronce commune.












































Lundi 4 août 2014 (Ronce Commune, fleuve, corbeau, fennec, vautour)
Aujourd’hui c’était magnifique ! J’ai pris mon sac à dos vers 8:10 du matin avec comme objectif d’atteindre le fleuve que j’ai aperçu le premier jour de mon arrivée à Tigzirt. J’ai d’abord parcouru toute la ville et j’en ai profité pour cueillir des mûres. En effet, je comprends maintenant pourquoi on dit que la Ronce Commune (Rubus Fruticosus) est une plante envahissante ! On la trouve partout, il suffit de poser le regard quelque part et hop ! Des mûres à profusion ! Bizarrement, les gens ici n’ont pas l’air d’y prêter la moindre attention, même les oiseaux s’en moquent ! Moi par contre j’ai bien remplis mon sac de ses appétissantes baies, je prévoie d’en faire de la confiture. Quant aux propriétés médicinales de cette plante : on sait que les feuilles séchées et les jeunes pousses fermentées sont utilisées en tisanes pour leurs propriétés astringentes. Elles apportent du tannin et de la vitamine C. Je confirme par la même occasion que l’Aubépine est bel et bien présente en abondance dans cette région.

mûrons
C'est meilleur en confiture !











En ville je me suis un peu égaré. J’ai demandé mon chemin à un vieil homme qui a eu la gentillesse de m’accompagner pour me montrer le chemin, j’ai essayé de lui demander où est-ce que je pouvais trouver Amarsgus, la fameuse plante, mais il n’avait pas l’air de me comprendre. Je continue donc mon aventure en suivant la route nationale qui longe la côte en direction de l’Est. Je m’achète une pomme et une banane que je pourrais déguster une fois arrivé au fleuve. Soudain, un étrange sentiment m’envahi ! Je suis à des centaines de kilomètre de ma maison à Oran et de ma petite vie sédentaire, je marche sous un soleil de plomb vers l’inconnu dans une région où je ne comprends même pas la langue. C’est ça ! Voilà ce que je recherche depuis toujours, le sentiment d’être en vie, d’être livré à moi-même où je ne pense qu’à ma survie, tous mes sens sont à l’affut du moindre danger. C’est bien plus intense que ces jeux vidéo auxquels j’aime bien jouer de temps en temps ! Je commence également à ressentir des douleurs aux pieds après 3 heures de marche. Je me motive en pensant à l’eau fraiche du fleuve où je pourrais marcher pied nu et me rafraîchir la tête. En chemin j’aperçois deux magnifiques corbeaux à quelques mètres de ma position, un couple peut-être. Dommage je n’ai pas été assez rapide pour les prendre en photo.

Une demi-heure plus tard j’arrive finalement à destination. Je descends hâtivement au cours d’eau, j’enlève mes chaussures et je trempe directement mes pieds dans l’eau. Quel plaisir ! Le temps de me rafraichir et de manger, j’entame l’exploration du lieu. Je remonte le courant en sautillant sur des pierres, je tombe sur mes amis les grenouilles, elles plongent aussi tôt dans l’eau. Je trouve aussi un charmant crabe d’eau douce. J’espère puérilement tomber sur un petit trésor perdu ou des pépites d’or mais rien, que des cailloux sans valeur… Finalement je me décide à quitter ce petit coin de paradis et je reprends le chemin du retour. Pas question de marcher, je vais faire du stop !





Crabe d'eau douce
Crabe d'eau douce.


L’après-midi, je suis retourné au port pour faire un tour aux boutiques de souvenir. Je m’achète une belle bague en argent. Je tombe aussi sur un mignon petit fennec qui faisait une sieste. Il appartient au propriétaire d’une khaïma. Il avait aussi un vautour. Je les prends en photo.

fennec


vautour








































Et pour conclure ce poste, voici quelque photos :

port de tigzirt

port de tigzirt

port de tigzirt

Maisons de pêcheur au port de tigzirt
Maisons de pêcheurs au port de Tigzirt.

port de tigzirt

île tigzirt
La fameuse petite île de Tigzirt.

île tigzirt
Un peu d’escalade !

île tigzirt
Il fait trop chaud...

3FAYES EL TUTOR

/ 18/06/2014 /
My new podcast, it's about tricks for illustrators on Adobe Photoshop !
3FAYES EL TUTOR #1 Style mangas : dessin traditionnel & colo numérique




Tattoo !

/ /



Hallal SM (a new comic book project)

/ /
It's been a long time since I've posted anything on this blog, here's a preview of my next comic book.
Ça fait un long moment que je n'ai rien posté sur ce blog, voici un aperçu de ma prochaine bande dessinée. #comics #algeria #BDSM




 
Copyright © 2010 THE DRY FROG, All rights reserved
Design by DZignine. Powered by Blogger